Nous contacter

· Une demande?
· une question?
· Vous souhaitez vous abonner?

Rendez-vous dans la rubrique contact.

LA NAISSANCE DE DIEU DANS L'AME

LA NAISSANCE DE DIEU DANS L'ÂME

 DIEU VIENT HABITER EN NOUS

Maître Eckhart (1) nous invite ici, à une aventure à la fois intellectuelle dans la mesure où l'intellect ouvre au domaine spirituel et à une plongée mystique au plus profond de notre âme où se trouve la présence de l'Ultime.
Il nous incite ainsi à trouver NOTRE LIEU qui est le fond de notre âme et en même temps le fond de Dieu.
Pour cela, il faut chercher sans cesse et ne jamais s'arrêter à ce qui est acquis…

Eckhart a beaucoup étudié à une époque où les universités étaient ouvertes aux plus grands théologiens venant de toute l'Europe, pour "disputer" entre eux des fondements de la théologie et des écritures.
Il a de surcroît côtoyé des religieux et religieuses qui l'ont enrichi d'expériences mystiques et ont contribué à lui faire dépasser ce qui était alors théologiquement convenu. D'où son succès mais aussi des jalousies et des rivalités qui semblent avoir eu raison de lui… en apparence.
Mais ses écrits restent et nous les redécouvrons depuis le 19ème siècle, avec un regard renouvelé par rapport au Moyen-âge grâce aux études des bouddhistes.

LA NAISSANCE DE DIEU EN NOUS

Le pré-requis est de nous mettre à l'écoute de Dieu en nous.
"Tu étais plus intérieur que moi-même, dit St Augustin, je te cherchais dehors et tu étais dedans".

Il faut alors, dégager et mettre à nu l'image divine que Dieu a créée en nous ; simultanément se manifeste l'image de Dieu : plus l'image est dénudée plus Dieu brille en notre âme.

"Le fond de notre âme" est un thème fondamental dans la mystique rhénane. C'est le lieu de vérité où nous mène le Christ, c'est tout simplement, pour Maître Eckhart, le lieu de l'expérience de l'Ultime puisqu'il est un seul fond avec le fond de Dieu : LE CENTRE DE L'ÂME, C'EST DIEU.

C'est ce que disent les saints, en particulier St Jean de la Croix : "Le centre de l'âme est Dieu" et il commente ainsi : lorsque l'âme connaîtra Dieu parfaitement, l'aimera et en jouira entièrement, elle sera arrivée au centre le plus profond qu'elle puisse atteindre en Lui.
__________

(1) Dominicain qui contribua au 13ème siècle à développer la mystique rhénane. Nous en retrouvons les grandes lignes dans cet article. Pour aller plus loin se reporter à l'annexe en fin de texte.

Avant d'y parvenir, l'âme est déjà en Dieu qui est son centre, mais elle n'est pas dans son centre le plus profond puisqu'elle peut aller plus loin… C'est l'amour pour Dieu qui l'entraîne au-delà et lorsqu'elle aura pénétré en son centre le plus profond elle sera transformée au point de devenir semblable à Dieu : c'est l'Union.

Unité et Union

Dans la recherche de l'Union divine nous retrouvons nos frères et l'essence même de la vie.
Or, nous savons que l'homme nait multiple et que toute sa vie d'homme religieux va rechercher l'Unité. Celui-ci qui est parvenu à ce degré de spiritualité a réalisé le but de toute existence et meurt UN.

Il faut pour cela faire l'expérience du désert, de l'esprit vierge qui s'est dépouillé de tout, être sans images, libre entièrement - surtout de soi-même - pour aborder ensuite un autre désert : celui de la Déité c'est-à-dire accéder à l'Unité.

C'est cette recherche du Dieu intérieur à nous-mêmes qui a contribué à rapprocher la théologie eckhartienne des religions asiatiques.
Il y a "un certain" parallélisme entre le vide spirituel, la vacuité, le désert selon Maître Eckhart et la recherche de l'Absolu chez les hindouistes et les bouddhistes.
Le rapprochement s'est fait de part et d'autres des spiritualités, ce qui donne au Maître thuringien une reconnaissance d'authenticité spirituelle et valide ses expériences aux yeux des mystiques occidentaux et orientaux.

Du côté du christianisme on apprend qu'il est bon d'intégrer dans notre pratique le silence qui nous permet de conjuguer notre foi en la transcendance divine, tout en réalisant en nous l'état de non-pensée, pour qu'un jour la grâce de l'illumination nous manifeste l'unité des 2 faces de Dieu (l'une positive chez les chrétiens, qui adorent un Dieu créateur, aimant, rédempteur, l'autre que l'on dit négative chez les orientaux, car plus secrète). On est dans le mystère de Dieu qui se révèle en restant irrévélable et qui nous rejoint en demeurant l'Absolu transcendant : "C'est en pratiquant à la fois le zen et l'oraison que le chrétien développera sa foi en Dieu Absolu et Créateur" (1).

Il est donc entendu que le désert dans l'âme, synonyme de silence, de dénuement peut aussi être compris comme l'esprit vierge qui, s'étant désencombré de tout ce qui n'est pas la Lumière, conduit à la Déité, c'est-à-dire à l'Unité.

L'UN est la figure la plus imaginable pour Dieu car il exprime l'Absolu.

__________

(1) Pierre François de Béthune, moine bénédictin, auteur de "l'hospitalité sacrée entre les religions" a reçu des initiations dans divers temples bouddhistes. Il œuvre pour une meilleure compréhension des spiritualités occidentales et orientales. Spécialiste de parcours de prières chrétiennes incluant des pratiques zen.

 

Aussi, dans la pure Déité qui est Unité, il n'y a plus d'activité, plus de mouvement : c'est la Béatitude parfaite.
Ce qui signifie pour tout mystique, aussi, que Dieu est au-delà de toute compréhension : "un maître dit : Si j'avais un Dieu que je puisse comprendre, je ne le tiendrais jamais pour Dieu… Tu dois totalement échapper à ton être-toi et te fondre dans son être-Lui " (1).

Comment ? Non pas en bavardant sur Dieu, mais en adorant Dieu présent en nous ; aussi pour toi, le silence est la louange nous dit Eckhart et elle laissera Dieu en silence être Dieu en elle, et de rajouter : "ce qu'est Dieu dans une âme aimant Dieu, nul ne le sait que l'âme dans laquelle Il demeure" (2).

On comprend mieux, dès lors, cette interjection de St Augustin (3) : "Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est inquiet tant qu'il ne repose pas en Toi".
Se reposer en Dieu est, pour le mystique, le lieu de l'Unité, par opposition à la multiplicité que nous évoquions plus haut.

LE FILS, NOTRE ARCHÉTYPE

C'est dans le fond de notre âme que Dieu engendre son Fils, le Verbe, notre archétype, un des principaux éléments de l'enseignement de Maître Eckhart.
Aussi, puisque nous sommes fils de Dieu dans le Fils, notre prière rejoindra celle du Fils, à l'Image du Père.
L'âme en atteignant le Fils, son archétype, le dépasse emporté par le mouvement des personnes divines et dépasse la vie trinitaire pour s'absorber, en un instant intemporel et fugace, dans l'Unité.

L'archétype c'est le Verbe fait chair en Christ. En Lui, Dieu réserve à chacun une vocation pour retourner à l'Unité.
Pour se faire il faut :
• Remonter à notre archétype, en découvrant notre vocation
• Faire la volonté de Dieu sur nous.
Quand ces critères sont réunis, la présence divine se fait et l'âme est envahie de Lumière, de joie surnaturelle, avec le sentiment que l'on devient participant de la nature divine (4).
C'est le point d'aboutissement idéal de la vie chrétienne, ce que l'on appelle divinisation – théosis chez les grecs.

__________

(1) Maître Eckhart – Sermon 83
(2) Sermon 26
(3) Une des principales sources d'inspiration du Maître
(4) Cf 2ème épître de St Pierre (1,4).

LES FRUITS DE LA DIVINISATION

- C'est par la contemplation de Dieu dans le Christ que le chrétien devient semblable à Dieu, "car ceux que d'avance Il a discernés, Il les a aussi prédestinés à reproduire l'image de son Fils afin qu'Il soit l'âme d'une multitude de frères". St Paul (Rom 8, 29). (1)

- On devient alors un miroir qui réfléchit la Lumière divine : "réfléchissons comme en un miroir la Gloire du Seigneur" (2 Co 3, 18) et "nous serons transformés car la Gloire du Seigneur brille sur la face de son Christ" (2 Co 4, 6).

- En vivant stabilisés en Dieu, nous participons à son œuvre de pacification et de sanctification du monde.

Nous retiendrons au terme de cette étude, 2 traits essentiels de l'enseignement de Maître Eckhart, concernant la naissance de Dieu en nous et de son inhabitation.

 Pour lui, la Déité est au-delà de Dieu. C'est l'essence divine qui est au-dessus de toute détermination donc ON NE PEUT RIEN EN DIRE.

 Le terme ultime de la spiritualité chrétienne n'est pas christique (mais le rôle d'intermédiaire du christ est incontournable car il est extérieur et intérieur à nous). Le but à atteindre est l'Unité de Dieu, pas seulement dans la Trinité, selon la théologie classique, mais dans l'Unité même.
"Un avec l'Un, un de l'Un et dans l'Un, un éternellement".
(Extrait du traité "de l'homme noble" (2))

Les religions orientales appellent ceci l'EVEIL

Annexe : Eckhart Von Hochheim (1260-1328)

On l'appelle communément Maître Eckhart par égard aux postes d'enseignant universitaire qu'il occupa en Allemagne comme en France.

Il fut le chef de file de ce courant qui s'est principalement développé dans la vallée du Rhin (d'où son nom) et que l'on a dénommé "mystique rhénane".
Ses sources sont les Pères de l'Eglise (entre autres St Augustin) et les dominicains thomistes issus de l'école d'Albert le Grand, tout en s'inspirant des béguines flamandes dont le style de vie, empreint de prières et d'œuvres de charité marqua l'époque.

_________
(1) Le Christ est Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme, "il est Dieu, né de Dieu… vrai Dieu né du vrai Dieu, engendré non pas créé, de même nature que le Père". C'est l'acte de Foi que tout chrétien récite avec le Credo, sans y déroger, sinon il s'invente dangereusement une contre-vérité.
(2) Un des traités de références du Maître. A recommander.
Après avoir enseigné la théologie à la Sorbonne, il fut appelé à Cologne, puis à Strasbourg, tout en assumant la tâche d'aumônier de couvents de religieuses.

Comme Luther plus tard, il choisit de prêcher en Allemand, composant une langue facilement compréhensible de tous ; grâce à des religieuses et à des clercs et laïcs auditeurs furent recueillies des notes qui nous permettent de disposer d'un certain nombre de sermons.

Ses sermons allemands, en particulier, étaient facilement accessibles à tous et son œuvre tripartite en latin s'adressait davantage aux religieux.
Celle-ci comprenait 49 sermons, des commentaires bibliques et des "questions" propres au temps, aujourd'hui perdues.

Son but était de démontrer philosophiquement la vérité des Ecritures et de parler de l'éternité à partir du cœur de Dieu.

En gagnant en expérience spirituelle Maître Eckhart – étant en contact constant avec des religieux/religieuses très avancés dans la vie en Dieu – se donne pour tâche d'éclairer ses auditeurs et de les accompagner sur 3 sujets essentiels pour qu'ils arrivent à l'Union :
- L'incarnation
- La Trinité
- Le sens de la vie qui est de "devenir par grâce ce que Dieu est par nature".

On le suspecta alors, pour lui faire de l'ombre, de donner trop le primat à la grâce de Dieu. En fait, la plupart des dignitaires de l'Eglise, qui ne pouvaient hausser leur esprit pour comprendre un enseignement sortant du psittacisme théologique habituel, cherchaient tant à lui nuire qu'il demanda l'arbitrage du Pape Jean XXII, lequel résidait à Avignon.
Sur le chemin vers la cité papale, on perdit sa trace…

Il n'eut pas à être réhabilité puisque l'on apprit après des recherches, en 1987, que Maître Eckhart n'avait jamais été condamné.

Le cardinal Ratzinger (plus tard Benoît XVI) alors préfet de la congrégation pour la doctrine de la Foi résuma ainsi les traits principaux d'Eckhart :
- "Il a su dire l'insertion de l'homme dans le christ de manière simple et claire".
- Selon lui, l'homme s'insère dans le christ dans la mesure où il renonce à son moi particulier ; il coïnciderait parfaitement avec le Christ s'il réussissait à rejeter totalement son moi".
- "Il prôna une morale du corps mystique du Christ".

De tout cela, nous retiendrons qu'il invite à une conformation au Christ.

C'est ce à quoi s'employa un de ses disciples, Jean Tauler et d'autres comme Nicolas de Cues, Heinrich Suso, pour faire comprendre combien la question de Dieu et la question de l'homme sont indissolublement liées.

octcnd

JoomSpirit