Nous contacter

· Une demande?
· une question?
· Vous souhaitez vous abonner?

Rendez-vous dans la rubrique contact.

LES MEGALITHES (1ère partie)

LES MÉGALITHES, SOURCES D'ÉVOLUTION ET DE GUÉRISON

1ère Partie : LES MENHIRS

Introduction

Au détour d'un chemin en rase campagne, en plein champs, à l'orée d'un bois, se dresse parfois, impressionnante, une pierre effilée qui attire le regard par sa majesté et nous interroge en réveillant une mémoire ancrée profondément en nous qui ne demande qu'à se laisser susciter.

Cette pierre, comme tant d'autres réparties sur notre planète sous des aspects et des destinations variées, est un témoin énigmatique de notre patrimoine et source de bienfaits.
Comme le dolmen, que nous verrons plus tard, souvent associé, le menhir peut être considéré d'un point de vue :
- Scientifique : c'est le domaine d'étude des géologues, historiens, géobiologues.
- Rituellique, magique, ce qui relève du sacré
- Thérapeutique, qui sera l'objet de notre étude.

Les origines des menhirs.

- Selon l'étymologie, le mot viendrait du breton : men (= pierre) et hir (= long)
- La datation des menhirs est incertaine et fait débat. Les plus anciens remonteraient à – 7000 ans avant notre ère. De façon plus générale, la plupart se situeraient autour du 5ème siècle soit bien avant l'arrivée des Celtes en Europe. On parle des mégalithiques (1), connus par ces seuls témoignages de leur civilisation.

Leur finalité

Ainsi, faute d'éléments, on peut s'interroger sur leur finalité et les réponses sont des plus variées voire cocasses !
En voici parmi les plus reconnues :
- Bornes territoriales, indicateurs (de chemin) selon leur orientation
- Fertilisateurs des terres, accompagnateurs de pierre sacrées sur des sites guérisseurs, pierre de fécondité
- Relais acoustiques pour informer sur de longues distance avec rapidité comme le remarque César (2).

__________
(1) Peuples d'origines diverses, peut-être du nord-est de l'Europe
(2) César dans "La Guerre des Gaules".

 

 

- Serviraient d'aiguilles d'acupuncture sur des méridiens terrestres le long de réseaux tellurique, magnétique ou aquifère : un menhir est, pour les géobiologues situé sur une concentration d'énergie dont le trop plein s'évacue par la pointe. Ainsi on en compte 3000 sur la commune de Carnac.
- La plupart sont en alignements et ont, selon l'avis d'astronomes, un fonctionnement luni-solaire.
- Les pierres levées, partout dans le monde, mais principalement concentrées sur les bords maritimes de l'Europe de l'Ouest (= stabilisateurs du continent ?) permettent un échange énergétique entre la terre et le cosmos favorable à la vie de la terre et à notre évolution.
- D'où les lieux guérisseurs qui "fonctionnent" encore pour ceux qui en ont la clé et pratiquent avec prudence et en conscience.

Leurs propriétés

Ils symbolisent l'énergie masculine – yang – chez les Celtes, aussi n'est-on pas étonnés de les voir associés aux dolmens de nature féminine – yin -.
Selon "la dédicace"(1) qui leur a été attribuée lors de leur implantation par le peuple des mégalithes, ils sont pourvoyeurs d'énergie de vie et de transformation sur un mode proche de l'alchimie.

Cette énergie de type yang amplifie notre propre yang et nous apporte plus de vitalité. Elle nous permet aussi de nous relier avec la terre et le ciel, faisant de nous une antenne, un axe, un intermédiaire, selon notre vocation d'homme sur la terre…

Les menhirs ont en eux une richesse insoupçonnée : la mémoire minérale de la terre, dont nous ne connaissons plus les informations.
Elles sont pourtant toujours enfouies dans notre inconscient et se transmettent à chaque être humain en gestation.
Leur siège se trouve dans la partie la plus archaïque de notre cerveau, le cerveau reptilien, siège de nos mémoires les plus ancestrales, bien avant notre cerveau limbique.

De là, des échanges entre le menhir et nous, qui nous donnent accès à des infos de part et d'autre…

Conclusion

Ainsi le rôle de l'homme sur un site mégalithique est-il de se relier simplement au sacré de la pierre en passant par sa mémoire cellulaire. On le voit, on est ici dans le monde du sacré, envers lequel s'impose une attitude de respect et d'admiration.

__________

(1) Telle une chapelle, église ou cathédrale.

octcnd

JoomSpirit