Nos Derniers Articles

A PROPOS DE LA NATIVITE

A PROPOS DE LA NATIVITE  Le sublime prologue de l’Evangile Esotérique de St Jean nous relate dans ces quelques extraits : - 1 ‘’au commencement était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu’’. Le verbe ‘’est’’ de toute…

Lire en entier

QUESTION DE SOCIÉTÉ

La loi du délit d'entrave à l'IVG On n'a peu entendu parler de la loi du "délit d'entrave à l'IVG" adoptée en Février 2017 par l'Assemblée Nationale. Cette loi vise à pénaliser les sites de "désinformation sur l'IVG", mêlant les pires aux meilleurs, ces derniers…

Lire en entier

MYTHES et RITES Selon Pierre GORDON

Mythes et Rites Selon Pierre GORDON (1886-1951)----- On sait peu de choses sur Pierre Gordon (1). Qui fut-il réellement ? Il était détenteur, entre autres, d'une agrégation de philosophie, d'un Master of Arts de l'université de Cambridge. Pourquoi ce mystère ? Il fut probablement un…

Lire en entier

LE CHRISTIANISME (d'après Paul Le Cour)

LE CHRISTIANISMEReligion Traditionnelle Authentiqued'après Paul Le Cour Pour appréhender la présence de la Tradition au sein du christianisme, il est nécessaire d’effectuer un retour aux sources. Nul ne peut assurément définir ce qu’est le véritable christianisme en s’appuyant sur des faits historiques parfois peu fiables…

Lire en entier

LA NAISSANCE DE DIEU DANS L'AME

LA NAISSANCE DE DIEU DANS L'ÂME  DIEU VIENT HABITER EN NOUS Maître Eckhart (1) nous invite ici, à une aventure à la fois intellectuelle dans la mesure où l'intellect ouvre au domaine spirituel et à une plongée mystique au plus profond de notre âme où…

Lire en entier

RELIGION ANTERIEURE

RELIGIONS ANTERIEURES  Dans les anciennes sociétés, s’il n’y a pas d’écrits ou de récits oraux, comment évaluer la religion d’alors ? On a découvert dans des cités enfouies, des figurines votives et des objets de culte. Donc on en a déduit que les peuples observaient…

Lire en entier

L'EVANGILE DE JUDAS

L’EVANGILE DE JUDAS  Judas, un des douze apôtres qui trahit Jésus à prix d’argent. Selon les évangiles synoptiques et l’évangile de saint Jean, la cupidité et la possession seraient les motifs de cette trahison. Pour certains exégètes, Judas aurait suivi Jésus en croyant qu’il serait…

Lire en entier

L'APOCALYPSE

L’ APOCALYPSE Dernier livre du Nouveau Testament, l’Apocalypse est attribuée à un certain Jean. Mais de quel Jean s’agit-il ? Pour les historiens – qui estiment que l’apôtre Jean n’a pas écrit l’Evangile qui porte son nom – l’auteur de l’Apocalypse reste inconnu. Ils privilégient…

Lire en entier

LES MEGALITHES (2ème partie)

LES MÉGALITHES, SOURCES D'ÉVOLUTION ET DE GUÉRISON 2ème partie : LES DOLMENS INTRODUCTION Comme les menhirs, les dolmens font partie de notre paysage, moins nombreux cependant et plus concentrés en Bretagne et dans le Sud-Ouest de la France. Les noms qui leur ont été attribués,…

Lire en entier

LES MEGALITHES (1ère partie)

LES MÉGALITHES, SOURCES D'ÉVOLUTION ET DE GUÉRISON 1ère Partie : LES MENHIRS Introduction Au détour d'un chemin en rase campagne, en plein champs, à l'orée d'un bois, se dresse parfois, impressionnante, une pierre effilée qui attire le regard par sa majesté et nous interroge en…

Lire en entier

HISTOIRE BREVE DU CHRISTIANISME

HISTOIRE BREVE DU CHRISTIANISME      A l’origine le christianisme était profondément naturel et s’insérait dans le courant traditionnel, mais depuis le concile de Nicée et la lutte contre le paganisme, celui-ci a été écarté de la voie qui fut tracé par le Christ.Une fois…

Lire en entier

LA PENSEE ESOTERIQUE DE LEONARD DE VINCI (2)

La Pensée Esotérique de Léonard de Vinci  (Extraits choisis et commentés)      Léonard de Vinci fait partie de la famille des initiés. A ce titre, il est tenu de ne pas révéler ses connaissances aux ignorants de peur qu'ils la piétinent, et par conséquent,…

Lire en entier

Nous contacter

· Une demande?
· une question?
· Vous souhaitez vous abonner?

Rendez-vous dans la rubrique contact.

Informations sur l'octcnd Informations sur l'octcnd

LE BEAUCÉANT

Bulletin Mensuel de l’ O+C+T+C+N+D+

 

Le but que se propose d’atteindre ce bulletin mensuel, est de faire connaître la mission de l’O+C+T+C+N+D+ et de diffuser un enseignement en vue de donner aux hommes des éléments de réflexion et d’approfondissement sur le Christianisme, en conformité avec la Tradition Primitive des Apôtres et des Pères de l’Eglise, sur l’histoire de la Tradition et sur les disciplines traditionnelles.

L'Ordre y fait aussi des mises au point sur des sujets se rapportant à tous les domaines concernant l’homme et la société en fonction des données de la Tradition.

Tarif Abonnement annuel (11 numéros) :

  • France : 42 €
  • Europe : 45 €
  • Outre-Mer et Etranger : 48 €
  • Un numéro au choix : 4.00 €

Numéro spécial : (non inclus dans l’abonnement)

  • Le Christianisme à l’Heure du Verseau : 12 € le christianisme a l heure du verseau

 

  • Jérusalem -N° Spécial - JANVIER 1994 : 4.00 € jerusalem

 

  • Saint Bernard - N° 65 – MAI 1990 : 4.00 € saint bernard

 

  • F.FORGIONE - PADRE PIO - SAINT PIO - N°279 - SEPTEMBRE 2009: 4.00 €

 

Pour vous abonner ou commander le BEAUCÉANT, rendez-vous dans la rubrique contact.

 

                  LISTE DES ARTICLES PARUS EN 1 9 8 5

                       

 

N° 1 – JANVIER 1985

-         27 Décembre 1984 : Résurgence de l’Ordre du Temple

-         Le Saint Nom de Jésus

-         Gestes liturgiques antiques.

 

N° 2 – FEVRIER 1985

-         Purification de la Bienheureuse Vierge Marie

-         Résurgence et Mission de l’Ordre du Temple (à travers le traité de dévotion à la Très Sainte Vierge Marie de Grignion de Montfort – Rôle spécial de Marie dans les derniers temps – Prière de Montfort)

-         Le magnétisme et les ondes de forme.

 

N° 3 – MARS 1985

-         Vendredi des Quatre Temps du Carême

-         Saint Cyrille de Jérusalem

-         Saint Benoît (la Règle Bénédictine – la médaille de Saint Benoît)

-         L’Annonciation

-         Saint Jean Gerson.

 

N° 4 – AVRIL 1985

-         Vendredi Saint (A.C Emmerich, ses visions de l’Agonie du Seigneur)

-         Chronologie de l’Ordre du Temple.

 

N° 5 – MAI 1985

-         Fondation de Constantinople

-         L’Eglise Chrétienne Primitive

-         Papauté et Christianisme (1ère partie – premiers siècles).

 

N° 6 – JUIN 1985

-         Saint Pierre (le disciple du Christ – l’Apôtre)

-         L’Edit de Constantin

-         Papauté et Christianisme (2ème partie – après l’Edit de Constantin).

 

N° 7 – JUILLET 1985

-         Saints Cyrille et Méthode

-         Sainte Marthe

-         Christianisme et Réincarnation.

 

N° 8 – AOUT 1985

-         Essai de Mariologie

-         Saint Bernard (Eloge de la Nouvelle Chevalerie)

-         L’Eglise de Corinthe.

 

N° 9 – SEPTEMBRE 1985

-         Saint Matthieu (le Nouveau Testament – les Evangiles)

-         Saint Michel l’Archange – La Chevalerie

-         Essai de Chronologie Chrétienne – Premier siècle

-         Conséquence de l’Edit de Constantin

-         La France Hermétique – la France des Forêts.

 

N° 10 – OCTOBRE 1985

-         La France Hermétique – la France des Forêts (suite)

-         Saint Rémi

 

N° 11 – NOVEMBRE 1985

-         Les Sectes

-         Le Christianisme vu par Rome (aux 2ème et 3ème siècles : Pline, Trajan, Tacite, Celse …).

 

N° 12 – DECEMBRE 1985

-         Pierre et Jean (complémentarité des deux Apôtres – leurs missions respectives)

-         La France hermétique – la France des forêts (suite).

 

MISES AU POINT

-         N° 1, 2,3 :  Le Spiritisme

-                 4 , 5 :  L’O+C+T+C+N+D+

-                      6 :  L’Initiation

-                      7 :  O+C+T+C+N+D+ : l’Ordre du Temple est un Ordre religieux

-                      8 :  O+C+T+C+N+D+ : l’Ordre du Temple est Chrétien

-                      9 :  O+C+T+C+N+D+ : Rapports de l’Ordre avec l’Eglise Romaine

-                    10 :  L’Esotérisme

-                    11 :  La Voie Initiatique

-                    12 :  La Résurgence de l’Ordre du Temple.

 

CRITIQUES DE LIVRES

-         N° 1 :  Le Soufisme de Jean Chevalier

-              2 :  Le Manichéisme de Michel Tardieu

-              3 :  La Philosophie médiévale d’Edouard Jeauneau

-              4 :  Le Pélican – Histoire d’un symbole de Lucienne Portier

-              5 :  La Magie des énergies de Roger de Lafforest

-              6 : L ‘Esotérisme de quelques symboles chrétiens de L.Charbonneau Lassay

-          7, 8 :  Le Gallicanisme de A.G Martimort

-              9 :  Les Mots, la Mort, les Sorts de Jeanne Favret-Saada

-            10 :  Les OVNI de Michel Dorier et J.Pierre Troadec

-            11 :  Du Premier au Dernier Templier de Jean Luc Chaumeil

-            12 :  Franchir la Mort de Marianne Andrau.

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre Dame


La Vierge Marie, Notre Dame

Le nom de Marie signifie (Hébreu = Myriam – Araméen = Mariam) « La Dame » ou « La Princesse ». Fille de Anne et de Joachim, Marie fut fiancée très jeune à Joseph qui appartenait à la tribu de David. Marie, qui n’était pas encore mariée, reçut la visite de l’archange Gabriel qui lui annonça qu’elle concevrait du Saint Esprit celui que le monde attendait comme le Messie. De cette annonciation fut rédigé l’Ave Maria. L’archange lui annonça également que sa cousine Elisabeth était enceinte du futur Jean le Baptiste. Marie visita Elisabeth et celle-ci la salua par les mots qui composent aujourd’hui « Le Magnificat ». Six mois après sa visite, Marie et Joseph se rendirent à Bethléem, ville de David et lieu d’origine de leur famille. Là, dans une grotte servant d’étable, Marie mit au monde Jésus.

On ne mentionne que très peu Marie dans les épisodes de la vie du Christ. Hormis, l’adoration des Mages, la présentation de Jésus au Temple, la fuite en Egypte et les Noces de Cana, il faut attendre la Crucifixion pour la voir reparaître, comme symbole de l’Eglise, que son Fils confie à Saint Jean en disant : « Femme, voici ton Fils » puis il dit à Jean : « Voici ta Mère » (Jean XIX, 26-27). Marie sera présente le jour de la Pentecôte, elle sera également conseillère de Saint Luc pour la rédaction de son Evangile, puis se retire à Ephèse avec Saint Jean, où elle meurt en l’an 48. Sa mort était appelée la Dormition (célébrée le 15 Août) jusqu’à ce que l’on retrouve son tombeau vide, ensuite on admit son Assomption (assumere = enlever).

Par un privilège unique, la maternité de Marie est virginale. Dans les premiers siècles, beaucoup d’auteurs mirent en parallèle Eve et Marie. Saint Juste (dialogue avec Tryphon): « Nous comprenons que le Christ s’est fait homme par le moyen de la Vierge afin que la désobéissance provoquée par le serpent prît fin par la même voie où elle avait commencé ». Nouvelle Eve, Marie restitue à l’humanité la vie surnaturelle que la première Eve lui avait fait perdre.

Marie est co-rédemptrice de l’humanité, car le nœud formé par la désobéissance d’Eve n’a pu être dénoué que par l’obéissance de Marie. Par son acceptation, elle a permis l’Incarnation du Verbe. Elle est aussi Médiatrice comme le rapporte si bien Saint Bernard : « Quelle que soit l’offrande que vous présentez à Dieu, souvenez-vous de la confier à Marie, pour que vos actions de grâce remontent à l’auteur de la grâce par le même canal qui l’a apportée… ».

Marie a été vénérée bien avant l’ère chrétienne. Les vierges préhistoriques, la Maïa védique, la Virgo Paritura des Druides, l’Isthar de Babylone, l’Isis égyptienne, l’Artémis d’Ephèse, la Cybèle de Déméter, la Junon romaine sont autant de figures qui se résument et se subliment dans la personne de Marie.

Sur le plan hermétique, Notre Dame possède une triple signification :

-    le principe féminin, la Matéria Prima
-    la terre nourricière
-    la sagesse divine (sophia).

Sur le plan alchimique, quelques indices sont à relever :

-    Anne enfanta Marie, la mère du Christ, comme le minéral noir et grossier livre le mercure qui s’associant au soufre donnera la Pierre Philosophale.
-    Les 40 jours pendant lesquels Joachim se retire au désert pour y invoquer les grâces divines, représentent la durée de la coction par la voie humide.
-    Eugène Canseliet précise : « Ainsi que Latone, mystérieuse, cachée et ténébreuse, enfante la chaste Diane… la Vierge Noire (Virgo Paritura) cède la place à la Vierge Blanche, immaculée ». La Vierge Marie symbolise donc le Mercure Alchimique.

Pour Grignon de Montfort (XVIIIe siècle) Marie est le dernier recours donné à l’humanité avant la fin des temps.

Nous constatons la multiplicité des apparitions mariales : 1830 Rue du Bac, 1846 La Salette, 1858 Lourdes, 1871 Pontmain, 1917 Fatima, 1932 Beauraing, 1935 Banneux, 1945-1959 Amsterdam, 1961-1965 Garabandal… Cela doit nous interpeller quant aux évènements à venir.

Bienvenue sur le site de l'O+C+T+C+N+D+   ORDRE des CHEVALIERS du TEMPLE, du CHRIST et de NOTRE DAME

L’ EGLISE


Etymologiquement, Eglise a pour origine le mot grec ekklesia, signifiant « assemblée ». Le mot Eglise possède plusieurs significations : l’assemblée des chrétiens, le lieu où se tient cette assemblée, l'ensemble des chrétiens (Eglise terrestre), l'ensemble de toutes les créatures et entités terrestres, extraterrestres et célestes confessant le Christ (Eglise Universelle).
L’assemblée est la réunion des personnes ayant été baptisées, croyant aux enseignements du Christ, mettant en pratique les enseignements Christiques, en particulier la Loi d’Amour.

L’Eglise est le Temple chrétien. Temple vient du latin Templum désignant, pour les étrusques, une division de l’espace où ils lisaient les présages. Il peut être un espace terrestre ou bien un volume dans l’espace, séparé du monde par des rites particuliers (de fondation, de construction, de consécration). Le Temple où se manifestent les énergies créatrices et organisatrices du monde, est le point de contact entre le Ciel et la Terre, entre Dieu et l’homme.

C’est un espace ou un lieu sacré. Dans l’Ancien Testament, les sanctuaires sont édifiés selon des indications divines. L’Eglise est un édifice sacré (les cathédrales sont des encyclopédies visuelles, communément appelées Bibles de pierres). La construction du Temple est basée sur la Géométrie Sacrée (le Cercle, le Carré, le Triangle, le Cube, la Croix, l’Etoile), sur l’harmonie des nombres, (nombre d’Or, symbolisme des nombres).

Lieu de présence divine, le Temple est le centre du monde, aussi son orientation est d’une grande importance. L’espace y naît et s’y organise. L’Eglise chrétienne est orientée Ouest-Est. A l’Ouest : côté de la porte, pays du soleil couchant, lieu des ténèbres, royaume des morts, monde profane. A l’Est : côté chœur, pays du soleil levant, lieu de lumière et de vie. Si l’orientation Ouest-Est n’est pas respectée, elle nuit gravement aux qualités de l’édifice.
Un second axe Nord-Sud, orienté perpendiculairement, croise le premier en un lieu appelé Transept. Le plan général de l’Eglise dessine donc une Croix par le centre de laquelle s’élève un axe ( appelé centre du monde ) qui relie le haut et le bas, le Ciel à la Terre. L’ensemble des trois axes constitue ce que l’on nomme Croix Cosmique dont les six branches et le centre symbolise le septénaire. Le plan représente également l’homme-Dieu couché, les bras étendus et la tête à l’Orient.

L’Eglise terrestre comprend l’Eglise enseignante (le Clergé) et l’Eglise enseignée (les Fidèles). L’Eglise enseignante a le soin d’enseigner la doctrine chrétienne, d’administrer les sacrements et de conseiller les fidèles en quête du Divin. L’Eglise universelle est l’ensemble de toutes les entités, créatures terrestres, extra-terrestres et célestes confessant le Christ, Fils de Dieu et la Vierge Marie. Elle comprend également les chœurs angéliques, les maître ascensionnés, les connaissants, les initiés, les membres du clergé et les fidèles.

L’Ecclésiologie primitive interprète le mot Ekklesia dans le sens du peuple de Dieu appelé à se réunir dans le corps du Christ. Toute réunion ecclésiastique locale, correcte sur le plan des rites, présidée par un évêque, possède toute la plénitude de l’Eglise de Dieu en Christ.

Citons à ce propos :

-  Saint Basile : « L’Esprit se trouve présent dans chacun de ceux qui le reçoivent comme s’il n’était communiqué qu’à lui seul ».

-    Saint Grégoire : «  L’Esprit dissémina les apôtres sur toute la terre et à présent, aucun lieu, fût-ce le plus Saint, n’a prééminence ».

-   Saint Ignace : « Toute l’Eglise locale intégrée dans son évêque – signe vivant du Christ – est l’Eglise catholique universelle ».

La présence divine ne pouvant être divisée, toute Eglise locale est Eglise du Christ et tout évêque de l’église du Christ est évêque de toute l’église Chrétienne universelle, même si sa juridiction ne s’exerce que sur un territoire restreint. 
Dans le christianisme primitif, on réservait le titre de « sacerdos » au Christ, comme étant l’unique médiateur entre l’homme et Dieu. Le prêtre chrétien représente donc le Christ. C’est un pontife, qui construit un pont entre le ciel et la terre, entre Dieu et les hommes. C’est une image du Christ d’où sa triple fonction, enseignante, pastorale et sanctifiante.

La hiérarchie ecclésiale comprend :

A. Les Ordres Mineurs :
-    l’ostariat ou ordre du portier ; il ouvre et ferme les portes, assure      la discipline et sonne les cloches.
-    le lectorat ou ordre du lecteur ; il lit ou chante les psaumes et est responsable de la catéchèse.
-    l’exorcisat ou ordre de l’exorciste ; il bénit l’eau et pratique les exorcismes.
-   l’acolytat ou ordre de l’acolyte ; il allume les cierges, les charbons, l’encens, et présente les espèces au sous-diacre.

B. Les Ordres Majeurs ou Sacrés :
-    le sous-diaconat ou ordre du sous-diacre ; il verse l’eau dans le calice, garde les vases sacrés et lit l’Epître.
-    le diaconat ou ordre du diacre ; il lit l’Evangile, peut baptiser, distribue la communion et prêche.
-   le sacerdoce qui comprend la prêtrise ou ordre du prêtre et l’épiscopat ou ordre de l’évêque ; seul ce dernier degré donne la plénitude du sacerdoce car il permet de le transmettre.

Dans l’Eglise primitive il n’y avait que trois ordres ; l’épiscopat, le presbytérat (ou prêtrise), et le diaconat. Mais à cause du nombre important de fonctions on en vint, au IIIe siècle,  à différencier plusieurs ordres dans le diaconat. Ce qui explique les sept ordres actuels. Les ordres mineurs et les ordres majeurs sont des étapes successives et obligatoires sur le chemin qui mène à la plénitude du sacerdoce.

Le Pape est déclaré « chef de l’Eglise », et « représentant du Christ sur terre ». Il est qualifié de « Vicaire du Christ » et de « Chef de tous les chrétiens ». Cependant, depuis le Concile Vatican I (1869 – 1870), date à laquelle fut promulguée l’« Infaillibilité Papale » (!), nous considérons que toutes ces prétentions sont injustifiées.
Selon Saint Paul (Ephésiens I, 22-23), le Christ est le seul « chef suprême de l’Eglise qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit Tout en Tous ». La même idée de tête unique est exprimée dans Col I, 18 et dans Col III, 11. Elle exclut formellement toute conception de vicariat. Cela est confirmé par les paroles du Christ : « Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps » et par le fait que l’Eglise primitive n’a jamais connu de juridiction universelle.
L'apostolicité, en tant que dignité personnelle des témoins oculaires du Christ, ne peut se reproduire. Voilà pourquoi la papauté est une déviation du christianisme primitif. Son existence ne peut être justifiée ni par les Ecritures ni par les Pères de l’Eglise.

L’Eglise Universelle est composée de trois degrés allant de bas en haut :

A)    L’Eglise Exotérique ou Eglise de Pierre qui a reçu pour mission :
-    de sensibiliser les masses en leur faisant connaître l’Evangile
-    d’enseigner les vérités élémentaires du christianisme
-    de faire mettre en pratique les enseignements du Christ et en particulier la Loi d’Amour.

B)    L’Eglise Esotérique ou Eglise de Jean qui a reçu pour mission :
-    d’instruire les cherchants de l’ésotérisme chrétien
-    de veiller au maintien de la doctrine du Christ et des rites traditionnels dans l’église exotérique.

C)    L’Eglise de Lumière ou Eglise de Melchissédec qui est composée des neuf chœurs angéliques, des maîtres ascensionnés, des connaissants. Elle est la gardienne de la tradition et l’inspiratrice des ordres initiatiques authentiques.

La lumière divine descend du haut vers le bas, les âmes montent du profane vers le divin, du bas vers le haut, en passant par l’Eglise exotérique puis par l’Eglise ésotérique. Cette montée se produit au travers des incarnations et sa finalité est la fusion en Dieu.

octcnd

JoomSpirit